LE PETIT RAT PORTEUR MARTIEN Index du Forum
LE PETIT RAT PORTEUR MARTIEN
Satirical Newspaper Of Tem
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

La Société de Préservation du Village Vert - Episode 5 - Les Désolés de Grave Didier

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE PETIT RAT PORTEUR MARTIEN Index du Forum -> LE PETIT RAT PORTEUR MARTIEN -> LA SOCIETE DE PRESERVATION DU VILLAGE VERT
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Georjabitbol
Rédacteur en chef

Hors ligne

Inscrit le: 20 Sep 2007
Messages: 1 585
Localisation: Georjabitbol's building

MessagePosté le: Ven 27 Fév - 11:52 (2009)    Sujet du message: La Société de Préservation du Village Vert - Episode 5 - Les Désolés de Grave Didier Répondre en citant

Ce fut une nuit longue et agitée. Nous avions fomenté un plan d’action imparable. Je me levai péniblement pour aller relever le dernier tour de garde. C’est ainsi que je trouvai le Grand Crapoteur sans Flammèches grassement endormi, un cigare éteint au bec.

Le plan, aussi astucieux que simple, consistait à envoyer la Suprême Botacliste Cosmo-Céciteuse détourner l’attention des Désolés de Grave Didier en se faisant passer pour une vendeuse de chouchou.

« Bon, tout le monde est prêt, Elea, c’est à toi. Non, non, non, quelqu’un pourrait la rattraper et la mettre dans la bonne direction ? ».

C’est ainsi, d’un pas aussi sûr qu’un placement boursier dans le Crédit Lyonnais, que notre vendeuse se dirigea vers le campement. Un rassemblement se créa assez rapidement autour d’elle…

« Au fait, remarqua fort à propos, mais un peu en retard, la Grande Absolutioniste du Prieuré Neutronuke, elle n'a pas de chouchous… Comment elle va faire pour vendre des chouchous ? ».

« Je suis sûr qu’elle va les embrouiller suffisamment pour leur vendre du sable. Bon allez, on y va, je ne veux entendre aucun bruit ! ».

Le reste du groupe se faufila vers la mâchoire de Grave Didier. Nous vîmes enfin le Cheer Leader. Suspendu à une corde, dans le vide, bâillonné comme un jambon du sud ouest, une vingtaine de mètres au-dessus du sol. Nous essayâmes de lui faire signe, mais il ne semblait pas réagir.

« Bon, la corde est fixée là-bas quelqu’un pour la décrocher doucement ? ».

Le Grand Déblatérateur assermenté, suivi de la Grande Disperturbée AbsurdoCarnétologue entreprirent de le détacher.

« Ok, donc… »

« Aaaaaaaaaaarrrrgggggghhhhhhh » *Bruit d’œuf géant que l’on écrase* « Je croyais que tu tenais ! » « Ben non, on a dit que c’était toi qui tenais ! ».

« Allons donc ! », je me dirigeai vers le lieu de l’impact, une infâme bouillie vermillon était délicatement absorbée dans le sol.
Il y avait tout de même quelques morceaux reconnaissables…

« Bigre ! Bon… Heu… Ne vous inquiétez pas, il est censé se régénérer ». Alertés par le bruit, les Désolés de Grave Didier nous rejoignirent.

« Hello, Hum… Nous sommes la Société de Préservation du Village Vert… Nous... Heu… Venons pour sauver… Hum… le Cheer Leader… ».

Celui qui semblait être le chef se rapprocha de moi.
- « Ha ouais ?, Bah désolé ».

J’insistai tout de même...

« Hum... Sinon, pourquoi reteniez-vous prisonnier ce brave jeune homme ? ».

« Ha ouais ?, Bah désolé ».

La Suprême Botacliste Cosmo-Céciteuse me chuchota à l’oreille…

« Dites Grand Curateur... Les Désolés là… Pour causer avec eux… Ben disons... Ils sont désolés quoi… ».

Je crus saisir le sens de ces mots et n’insistai pas.

Dix minutes passèrent, chacun d’entre nous tâtonnant du bout du pied les restes du Cheer Leader.

« Bon ben je crois que pour ce qui est de la régénération c’est râpé ».

« On dirait même que c’est en train de sécher » avança la Grande Magicobjeticienne de la Pire Hâterie.

« Ha ouais ?, Bah désolé » rajouta un Désolé de Grave Didier.

« Hum… Merci vieux. Bon je crois que pour sauver le monde c’est mal barré là ».

Mon Voxterm portatif sonna à ce moment là. Je reconnu la voix de mon étrange visiteur.

« Avez-vous retrouvé le Cheer Leader ? ».

« Hum… Oh ça oui... Disons qu’il va falloir trouver des petits pots si on veut vous le ramener… Une petite chute l’a rendu… Hum… Un peu liquide »?

« Voilà qui est fâcheux »/

« Heu… On est désolé… Nan ! Pas désolé ! Enfin, on regrette quoi, pour sauver le monde, tout ça quoi… ».

« Tant pis pour le journal, nous trouverons autre chose ».

« Le journ… Je crains de ne pas saisir ? ».

« Ces infos sont confidentielles, quoi que vu les évènements... La Firme tente des OPA pour récupérer les organes de presse francophones, avant de s’attaquer au marché international. Le prochain en vue était le journal « Le Monde », hors Cheer avait un plan et des investisseurs secrets pour récupérer au nez et à la barbe de La Firme le quotidien. La Firme met en place une propagande terrienne très coûteuse. Ce qui explique en partie les récentes augmentations exorbitantes de la vie sur Mars. C’est un échec patent... Je vous recontacterai. ».

« Heu oui… Bonne jour… *click* ».

Un Désolé de Grave Didier s’approcha de moi.

« Ha ouais ?, Bah.»

« Ouais je sais, désolé, bah j'en ai rien à secouer de désolé, casse toi ! ».

Ceci semblait l’avoir interloqué. « Rien à secouer... Rien à secouer... Ben en v’là une idée ! Hé les gars, y'en a marre d’être désolé, soyons les Rien à secouer ! Les Rien à secouer de Grave Didier ! ».

« Ouais, bonne idée ça, les Rien à secouer ! ».

Un enthousiasme sans borne enflamma aussitôt notre petite tribu, les Hourras succédaient au lynchage de ceux qui osaient un « désolé ».

« Ouais, on est les Rien à secouer ! Allez, on s’casse d’ici ça craint, tous au Bar du Forage, Rien à secouer ! ».

« Ouais, Rien à secouer ! ».

Nous nous retrouvâmes seul. Je sentis comme une pointe pernicieuse d’accablement mêlée à un sentiment d’échec lorsque la Grande Poésitophage à bascule cria :

« Non d’une vilaine Carpe !
Au sein d’une prothèse dentaire
Qui lui tenait lieu de molaire
Le bougre avait une carte ! »

Nous nous rapprochâmes, la Grande Poésitophage, Dieu sait pourquoi, avait dévissé ce qui semblait bien être un plomb dentaire aussi gros qu’un ballon de basket. Elle tenait à la main un parchemin.

« Là, regardez, cher curateur
Telle une corolle débonnaire
Un festoiement de... »

« Bon ok ça va, donnez-moi ça !».

La carte était vieille. Je reconnaissais l’endroit et les lieux cités. Sauf un, entouré d’un trait rouge, appelé l’Oracle...

Par-dessus mon épaule, le Grand Crapoteur sans flamèches souffla :

« Bah vu qu’on a tout foiré et qu’on a rien d’autre à faire, on pourrait aller voir ? ».

Je ne pus que reconnaître la justesse de ces propos...
_________________
Georjabitbol est l'homme le plus classe du monde.



Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 27 Fév - 11:52 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE PETIT RAT PORTEUR MARTIEN Index du Forum -> LE PETIT RAT PORTEUR MARTIEN -> LA SOCIETE DE PRESERVATION DU VILLAGE VERT Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

Sauter vers:  


Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Chronicles phpBB2 theme by Jakob Persson (http://www.eddingschronicles.com). Stone textures by Patty Herford.