LE PETIT RAT PORTEUR MARTIEN Index du Forum
LE PETIT RAT PORTEUR MARTIEN
Satirical Newspaper Of Tem
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

La Société de Préservation du Village Vert - Episode 3 - Les préparatifs

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE PETIT RAT PORTEUR MARTIEN Index du Forum -> LE PETIT RAT PORTEUR MARTIEN -> LA SOCIETE DE PRESERVATION DU VILLAGE VERT
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Georjabitbol
Rédacteur en chef

Hors ligne

Inscrit le: 20 Sep 2007
Messages: 1 585
Localisation: Georjabitbol's building

MessagePosté le: Jeu 26 Fév - 22:28 (2009)    Sujet du message: La Société de Préservation du Village Vert - Episode 3 - Les préparatifs Répondre en citant

Par tous les seins du dernier numéro de Playboy Magazine, que cette réunion fut fastidieuse. Une équipe triée sur le volet, mais c’était chaud pour l’équilibre, la prochaine fois je ferai le tri assis sur une chaise.

C’est ainsi que je décidais d’aller boire un coup chez Charlie. Saisi d’emblée par l’atmosphère enfumée de la salle, je pris place au comptoir et allumais un cigare de qualité. Un piano fatigué jouait « In the mood for love » dans un recoin invisible pour parfaire la caricature.

« Hey Charlie ! Chopine s’te plait ! ». Il m’apporta mon godet avec cette démarche ridicule de pingouin malhabile en faisant tourner sa vieille canne.

Je commençais seulement à me détendre lorsque Charlie me tendit un bout de papier.

- « Un gus a laissé ça pour toi ».

Je m’en saisis et essayai de décrypter des phrases, à priori, codées.

« J’ai eu ventouse de votre projection de missionnaire. J’ai des infosses septiques. Rendez-vous mains en l’air de rien dans votre bunker de loup d’ici une heure ».

Je finis mon verre avec l’intime conviction qu’un pauvre type se payait ma tête et m’en retournai rejoindre mon domaine d’un air que j’espérais digne.

Un peu plus tard, on tapait discrètement à ma porte, j’ouvris et fis rentrer rapidement un jeune homme les bras chargés de cartons.

« Alors, dis-je d’emblée, qu’avez-vous à me montrer ? ».

L’air gêné, il me tendit un document… Je constatai avec effroi qu’il s’agissait d’une photo de trois chatons entourés d’une pelote de laine.

« Je ne comprends pas, lui dis-je, C’est quoi cette merde ? ».

« Ben, un calendrier, me répondit-il avec aplomb dans l’aile ».

« Un quoi ? Mais vous êtes qui ? ».

« Ben, le facteur… Je sais j’suis un peu à la bourre, mais on n’a qu’à dire que je suis très en avance. C’est pour les étrennes… »

N’en croyant pas mes yeux, je tendis à l’impudent quelque menue monnaie après avoir choisi un exemplaire orné d’un cheval qui broutait avec l’air assez con caractéristique d’un cheval qui broute, puis je refermais aussitôt la porte derrière lui.

Je cherchais vainement comment me débarrasser de mon affreuse acquisition quand on frappa de nouveau à la porte. Un homme que je n’avais jamais vu se tenait face à moi. Aucun calendrier en vue, je le fis entrer dans la pièce…

« Je vais être bref, me dit-il d’emblée, je travaille pour la Firme depuis de nombreuses années. Mais je ne suis plus en accord avec certaines choses, une faction dissidente a décidé d’agir. J’ai eu vent de votre projet d’expédition, ainsi que du fait que vous êtes en possession du seau en plastique des B.O.S.S. Cet objet suscite bien des convoitises. Il est vrai qu’il permet de faire des pâtés de sable parfaits… Mais je suis surtout ici pour vous apporter une information, il serait judicieux, à mon sens, que vous orientiez votre mission vers Grave Didier… ».

« Hum, vous voulez certainement parler de Grave Digger ? ».

« Nan nan, Grave Didier, vous connaissez cette manie de nos jours de tout angliciser… C’était un pote à nous, comme il était toujours à quatre pattes en train de remuer la queue, on a fini par l’appeler Didier, et il était plutôt grave… Puis il s’est mis à grandir démesurément et il a voulu se venger de toutes les brimades qu’il a subies ».

« Bigre ! »

« Bref, donc vous avez entendu parler de la tribu des Désolés de Grave Didier ? Une espèce de rassemblement hétéroclite, n’y voyez rien de sexuel, de gars qui planent très haut sans besoin d’une dalle. Toute cette clique squatte autour de la relique de Grave Didier, sa Mâchoire ».

« Pas vraiment en ces termes mais bon ».

« Un truc énorme se trame... J’ai comme qui dirait besoin de votre expédition, mais je ne peux tout vous révéler pour l’instant ».

« J’ai l’habitude d’être largué, continuez. »

« Bien, ils ont capturé il y a quelques temps un gars qui s’appel Cheer, un grand Leader, qui s’avère disposer d’informations importantes sur le seau des B.O.S.S. en plastique, il pourra vous aider. Sauvez le Cheer Leader, vous sauverez le monde !
N’essayez pas de me contacter, c’est moi qui vous contacterai… ».
_________________
Georjabitbol est l'homme le plus classe du monde.



Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 26 Fév - 22:28 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE PETIT RAT PORTEUR MARTIEN Index du Forum -> LE PETIT RAT PORTEUR MARTIEN -> LA SOCIETE DE PRESERVATION DU VILLAGE VERT Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

Sauter vers:  


Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Chronicles phpBB2 theme by Jakob Persson (http://www.eddingschronicles.com). Stone textures by Patty Herford.